copie forum mincir yin yang
connecté

mincir avec la sophrologiedes règles de bon sens et les lois de l'énergétique chinoise yin yang


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

tiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 tiques le Sam 11 Déc - 17:53

Admin

avatar
Admin
Un examen quotidien de la peau est souhaitable et il vaut mieux bénéficier du dispositif adéquat pour se débarrasser de ce grand acarien.

Transmise par certaines tiques, mais pas toutes, la maladie de Lyme peut facilement être stoppée par quelques consignes simples que tout promeneur devrait connaître. En l'absence de prise en charge précoce, des manifestations rhumatologiques -inflammation d'une articulation, principalement le genou-, neurologiques, plus rarement cardiaques ou cutanées, peuvent apparaître après des mois. D'où l'importance de dépister tôt et de traiter cette maladie bactérienne relativement fréquente.

Pour réduire les risques de morsure de tique lors d'une promenade en forêt, la consigne du ministère de la Santé est simple : porter des vêtements longs, couvrants et fermés. Et appliquer des répulsifs sur les vêtements.
«Mais en pratique, beaucoup de promeneurs négligent la première consigne lorsque les températures sont estivales.
C'est pourquoi la mesure la plus importante, au retour d'une promenade, est de vérifier qu'une tique n'a pas élu domicile sur notre peau - notamment au niveau des aisselles, des plis du genou et du haut des cuisses - ou du cuir chevelu, insiste le P r Stahl, chef du service d'infectiologie à Grenoble et ancien président de la Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf) même après douche !.
Si c'est le cas, il faut la retirer le plus vite possible, car plus la tique reste fixée longtemps sur la peau et plus le risque de transmission de bactéries augmente. Pour retirer l'indésirable, ne cherchez surtout pas à l'endormir au préalable, comme on le préconisait autrefois, car on s'est aperçu que cela augmentait le risque que la tique, endormie, largue ses sucs salivaires contenant les fameuses bactéries. Le mieux est d'utiliser un crochet antitique vendu en pharmacie (ou une pince à épiler, à défaut) et de retirer la tique avec sa tête. Il faut ensuite désinfecter avec un antiseptique transparent et sans alcool et, surtout, surveiller l'apparition de signes annonciateurs d'une maladie de Lyme débutante.»

C'est le cas si, dans les jours qui suivent, une fièvre et un anneau rouge de plusieurs centimètres de diamètre ayant tendance à s'étendre apparaissent. À ce stade, des antibiotiques par voie orale permettent d'éradiquer la bactérie indésirable. Lorsque le tableau est typique et qu'il y a une notion de morsure de tique, le médecin n'a même pas besoin de chercher confirmation par un examen biologique (prise de sang). Les antibiotiques sont prescrits d'emblée et le tour est joué car il n'y a pas de problème de résistance bactérienne.

Et toujours en l'absence de traitement adéquat, c'est une encéphalite qui peut un jour faire parler d'elle, nécessitant alors une hospitalisation, voire une réanimation dans les cas les plus graves.
Enfin, il peut survenir, des années plus tard , un syndrome post-Lyme à l'origine d'une fatigue et de douleurs articulaires chroniques. Autant de complications qui ne devraient plus exister si les promeneurs étaient à la fois mieux informés et plus vigilants.


Consulter au moindre doute

Aux États-Unis, où la maladie de Lyme pourrait toucher jusqu'à un Américain sur quinze selon les statistiques les plus pessimistes, les recherches d'un vaccin avancent bien. Cependant, rien ne dit que ce vaccin sera forcément adapté à la France, les souches bactériennes en cau­se n'étant pas les mêmes. Aussi vaut-il mieux ne pas trop compter sur ce dernier pour réagir.

«De toute façon, dans notre pays, la maladie est nettement moins fréquente.
Il n'y a même aucun risque en altitude (au-delà de 1 500 mètres). Seules des régions comme l'Alsace, la Lorraine, le Limousin et l'Auvergne recensent davantage de malades : jusqu'à un Français pour 500 ha­bitants dans ces endroits, mais moins d'un habitant pour 10.000 dans le reste du territoire», rassure le Pr Jean-Paul Stahl. Ainsi, l'important est de savoir que la maladie existe. D'en connaître les signes annonciateurs. Et de consulter au moindre doute, car la prescription d'antibiotiques adaptés pendant une semaine est très efficace.

Enfin, les tiques peuvent encore nous transmettre d'autres bactéries, en particulier dans le sud de la France. Dans plus de 90 % des cas, la rickettsiose est bénigne, avec un syndrome grippal estival à la clé. Là encore, plus on agit vite, mieux c'est.

http://www.institutmanavit.com/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum