copie forum mincir yin yang
connecté

mincir avec la sophrologiedes règles de bon sens et les lois de l'énergétique chinoise yin yang


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

1ère cause de mortalité féminine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 1ère cause de mortalité féminine le Sam 11 Déc - 17:47

Admin

avatar
Admin
l'infarctus
Les maladies cardiovasculaires sont à l'origine du décès de 8,5 millions de femmes chaque année.
C'est la première cause de mortalité féminine, comptant pour un tiers de tous les décès.
Dans les pays en voie de développement, la moitié des femmes de plus de 50 ans meurent de maladies cardiaques ou d'accidents vasculaires cérébraux.
Une femme a un risque de 50 % de mourir de sa première attaque cardiaque, contre 30 % chez un homme ;
Chez celles qui ont survécu, 38 % mourront dans l'année suivante, contre 25 % seulement des hommes ;

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont plus mortels chez les femmes que chez les hommes (11 % contre 8,4 %). Chez elles, ils sont responsables de près de 3 millions de décès chaque année1 ;

Les maladies cardiovasculaires touchent les femmes en moyenne 10 ans plus tard que les hommes, probablement à cause de l'effet protecteur des estrogènes avant la ménopause2 ;

Le tabagisme est le risque majeur pour les maladies cardiovasculaires et les accidents vasculaires cérébraux.
Pour les femmes, le risque d'infarctus est multiplié par 1,7 en cas d'une consommation tabagique modérée et par 4 chez les grosses fumeuses3. Les AVC sont également plus susceptibles de survenir chez les fumeuses que chez les non-fumeuses ;

Le tabagisme passif augmenterait le risque cardiovasculaire de 30 % pour les femmes4 ;

L'association pilule-cigarette (plus de 15 cigarettes par jour) multiplie par trois à cinq le risque cardiovasculaire. Au-delà de 15 cigarettes par jour, le risque est multiplié par 205 ;

Dès l'arrêt du tabac, l'état de santé s'améliore et le risque cardiovasculaire est considérablement réduit dans les deux années suivantes. Selon l'Organisation Mondiale de la santé (OMS), un an après le sevrage, le risque cardiovasculaire diminue de moitié et après 15 ans, il approche celui d'un non-fumeur. Selon plusieurs études 5 ans après le sevrage, l'ex-fumeur n'a plus d'excès de risque d'accident vasculaire cérébral (AVC)6 ;

Les femmes hypertendues ont un risque de maladies cardiovasculaires multiplié par 3,5 par rapport à une femme dont la tension artérielle est normale7 ;

Les femmes diabétiques ont un risque cardiovasculaire multiplié par 8 par rapport à une femme non-diabétique (alors qu'il est seulement multiplié par trois chez les hommes)8 ;

L'inactivité physique double le risque de développer une maladie cardiovasculaire et augmente le risque d'hypertension de 30 %. Elle double également le risque de décès par maladies cardiovasculaires et accidents vasculaires cérébral9.

Une part importante de la population (60 à 85 %) ne pratique pas assez d'activité physique, spécialement les femmes. Pourtant, un peu de sport permettrait de réduire le risque cardiovasculaire10 ;

L'obésité augmente le risque de mort prématurée due à des problèmes cardiovasculaires comme l'hypertension, les accidents vasculaires cérébraux et les infarctus. L'hypertension, le diabète et l'augmentation du cholestérol sont entre deux et six fois plus fréquente chez les femmes fortes. Les données actuelles témoignent d'un nombre plus important d'obèses chez les femmes11
Il existe une relation entre le stress psychologique et les maladies cardiovasculaires chez les femmes12. Le stress marital aggraverait le pronostic des femmes souffrant de maladies cardiovasculaires13.

Source : World Heart Federation

1 - WHO World Health Report 2002
2 - European Heart Journal (2002) 23, 1738-1752.
3 - BMJ 1980; 2: 967-71.
4 - BMJ 1997; 315:973-80.
5 - N Engl J Med 2000;343: 16-22.
6 - BMJ 1998; 317: 962-3.
7 - Cardiology 1990; 77:8-12.
8 - Diabetologia 1995; 38: 487-93.
9 - CDC collaboration center on Physical Activity and Health Promotion, 2000
10 - JAMA 2001; 285: 1447-54.
11 - IOTF, The global epidemic of obesity. 2002
12 - Cardiol Clin 1998; 16 : 103-11.
13 - JAMA 2000; 284: 3008-14

http://www.institutmanavit.com/

Admin

avatar
Admin
http://www.fedecardio.com/ewb_pages/r/risques-tabac.php
http://www.fedecardio.com/e_upload/pdf/objectif_sante.pdf
http://www.fedecardio.com/e_upload/pdf/Recommendations_HF_CS.pdf

heures des risques accrus :
le lever et 17/18 h
Le risque s'élève de 40 % au réveil
de plus si l'on fume au réveil la cigarette entraînant un spasme au niveau des artères on voit que c'est la plus risquée !
De plus quand l'émotion est trop forte le coeur s'accélère et demande plus d'oxygène
donc si on fume pour calmer une angoisse au réveil
idem après un repas riche en gras et lourd car moins d'irrigation du coeur

Des chercheurs d'Oxford on mis en évidence
que le gras des fesses était nettement moins préjudiciable que celui du ventre
les cellules graisseuses sont différentes ...

http://www.linternaute.com/sante/coeur-cardiologie/conseils-coeur/?f_id_newsletter=3658&utm_source=benchmail&utm_medium=ML468&utm_campaign=E10181014&f_u=10754237

http://www.institutmanavit.com/

Admin

avatar
Admin
La première cause de mortalité féminine est pourtant d'origine cardio-vasculaire.
Les femmes sont en général très soucieuses du risque de cancer du sein, ou encore se préoccupent avec l'âge de leur ostéoporose éventuelle.
Mais elles sont assez inconscientes du principal risque qui pèse sur elles: les maladies cardio-vasculaires, première cause de décès féminins, avant le cancer.
La Fondation recherche cardio-vasculaire-Institut de France a décidé de faire une campagne d'informations sur ce sujet et dans le même temps a lancé le premier programme de recherche sur les maladies cardio-vasculaires de la femme, afin de mieux les dépister, les comprendre et les traiter.
Dans les pays industrialisés, une femme sur trois meurt de maladie cardio-vasculaire, soit en France 41 428 personnes en 2007.
C'est désormais la première cause de mortalité après 60 ans.
Entre 25 et 44 ans, 10 % des décès seraient liés à une maladie cardiaque.
«Ces pathologies sont à tort considérées comme un problème masculin, explique le Pr Alain Simon, chef du service de cardiologie préventive de l'hôpital Georges-Pompidou (Paris). De nombreux rapports déplorent le moindre intérêt accordé à la prise en charge du risque cardio-vasculaires chez la femme.» Certes, les accidents cardiaques surviennent en moyenne dix ans plus tard chez la femme que chez l'homme. Mais cela n'enlève rien aux dangers qu'ils représentent in fine.
Des symptômes atypiques pour les femmes
Si le risque cardiaque des femmes rejoint progressivement celui des hommes, c'est aussi que leur mode de vie a changé.
«Le tabagisme,
la contraception orale et notamment leur association après 35 ans,
le traitement hormonal substitutif,
le stress engendré par le cumul des responsabilités professionnelles et familiales
et bien sûr les grands facteurs de risque que sont l'hypercholestérolémie,
le diabète
et l'hypertension artérielle fragilisent le cœur des femme, et ce de plus en plus tôt», souligne Danièle Hermann, présidente de la Fondation recherche cardio-vasculaire-Institut de France.

Malgré l'augmentation du risque cardiaque pour les femmes et bien que ces dernières soient pourtant plus sensibles de manière générale à la prévention, elles ne connaissent pas ou peu les signes des maladies cardio-vasculaires, mais en plus elles se soumettent moins au dépistage des facteurs de risque. «Les symptômes féminins ne sont pas toujours la douleur classique au niveau du bras ou du thorax, mais peuvent se traduire par des douleurs atypiques, la fatigue, nausées ou difficultés respiratoires, ce qui rend le diagnostic plus complexe, affirme le Pr Michel Desnos (hôpital Georges-Pompidou).

Que faire ? «Il faut sensibiliser les gynécologues, les médecins du travail, au dépistage des facteurs de risque chez les femmes. Dans ma consultation de cardiologie préventive, je vois 80 % d'hommes et 20 % de femmes, c'est dire l'étendue du travail qui reste à faire, ajoute le Pr Simon. Le premier programme lancé par la Fondation cardio-vasculaire sera axé sur la prévention.

http://www.institutmanavit.com/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum